Search:
Recent Changes - Keyword Listing

edit SideBar

Species / Cyclomolops Humerosus

Cyclomolops Humerosus

Stromboidea


Original description of Rostellaria humerosa by Deshayes, 1865:

  • "R. testa elongato-fusiformi, lævigata; spira acuminata; anfractibus numerosis, duodecimis, angustis, lente crescentibus, convexiusculis, levigatis, primis varicibus depressis, numerosis, sæpius interruptis, ultimo subito ampliore, superne contabulato, humeroso, ad latus sinistrum paulo dilatato, pagina ventrali plana, dorsali convexa; apertura minima, ovato-angusta, labro paulo dilatato, tenui, expanso, reflexo, angulo postico in canalem ascendentem usque ad apicem spiræ producto, labiis callosis, superne sæpius disjunctis; columella obliqua, paulo concava, margine sinistro angustiusculo, basi calloso vestita, basi canali angusto, acuto terminata."
  • "Elle est ovale-oblongue, plus large, plus épaisse que le lævigata, plus petite que le turgida et pourvue d'un canal qui remonte jusqu'au sommet de la spire; cette spire est allongée, très-pointue, elle se compose de douze tours très-étroits, s'accroissant lentement, à peine convexes, lisses, interrompus par de nombreuses varices qui s'affaiblissent et disparaissent sur les derniers tours; le dernier tour prend rapidement un diamètre plus grand, il semblerait pal' cette disproportion, que la spire et le dernier tour n'appartiennent pas au même individu; le côté gauche de ce dernier tour offre de plus cette particularité, d'être anormalement dilaté, le dos devient très-convexe et même un peu gibbeux dans le milieu, et il résulte de ces anomalies, ce fait, que la coquille étant vue par la base, présente une forme subtriangulaire, la face inférieure, dans laquelle l'ouverture est comprise, étant plane, les flancs subanguleux et le milieu du dos proéminent; ce dernier tour s'atténue insensiblement en avant et se termine comme dans le Rostellaria fissurella, en un canal étroit et pointu. Toute la surface de la coquille est lisse; nous remarquons cependant à l'aide de la loupe, quelques stries obliques, obsolètes à la base du dernier tour, dans quelques individus. L'ouverture est allongée, étroite; son bord droit ressemble à celui du labrosa, il est assez large, réfléchi en dehors. Ainsi que dans l'espèce que nous venons de citer, un canal partant de l'angle postérieur de l'ouverture monte jusqu'au sommet de la spire; la lèvre gauche est lisse, très-épaisse et calleuse; vers le sommet elle dépasse un peu la largeur de la lèvre droite; celle-ci vers le sommet s'arrête, tandis que l'autre parvient jusqu'au sommet, qu'il cache, il en résulte que, lorsque la lèvre droite s'infléchit latéralement, elle laisse loin d'elle la lèvre gauche. Cette espèce n'est pas rare dans la localité où le premier nous l'avons découverte; mais elle y est d'une telle fragilité, qu'il nous a été impossible d'en recueillir un seul exemplaire ayant l'ouverture entière. Plus favorisé que nous. Les grands individus ont 35 millimètres de long et 16 de diamètre."

Locus typicus: Coeuvres-et-Valsery, Aisne, France

Stratum typicum: Cuisian, Ypresian, Eocene

Rostellaria humerosa in Deshayes, 1866, Pl. 91, fig. 8 and 9

References:


Edit - History - Print - Recent Changes - Search

- This page is owned by Ulrich Wieneke
- Copyright features see here: Copyright
- It was last modified on July 19, 2016, at 02:14 PM-